CR manif de Bordeaux de ce mardi 28 juin 2016

DEBRIEF MANIF de l’excellent Willy sur son mur Facebook plus une 1ère vidéo du mur des condés en fin de manif. Et tout en bas ils ont du boulot. La Biz à tous
Peggy

https://youtu.be/6WncEnoR1mU

On a manifesté, ça s’est bien passé.
Non, j’déconne…

On avait rendez vous à une heure pas très claire, entre 11h et 11h30, place de la république. En entrant sur la place de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité je remarque tout de suite que la police est plus nombreuse que d’habitude. Pourtant, la dernière manif n’a démontrer aucune violence de la part des manifestants. Il n’y a pas eut de « casse » ni de dégradation. On est loin du temps où quelques street artistes balançaient de la peinture pour colorer le bleu si sombre de nos forces de l’ordre. Mais là, dès le départ, les policiers sont là en force. Les BACeux font des contrôles au faciès. Contrôle des sacs, contrôles d’identité, et fouilles corporelles.

Près du monument aux morts, la police est tranquillement en train de faire ses contrôles quand un nombre important de syndicalistes viennent leur demander ce qu’ils font. Nous avons le droit d’être là, la manifestation est déclarée en préfecture. Le chef de la BAC ne supporte pas la contradiction, du coup il contrôle le camarade de Sud Ptt qui s’adresse à lui. Un militant de Solidaires lui demande de mettre son brassard, il le montre en soulevant son tee shirt, il est accroché à la ceinture, pas loin de la matraque, mais il refuse de le mettre à son bras.

« -Eh papa, vous me connaissez puisque vous m’appelez par mon nom?
-Oui mais les gens autours ils ne vous connaissent pas.
-Oh si ils me connaissent, Monsieur [untel] il me connait, lui aussi il me connait, tout ceux que j’ai interpellé, ils me connaissent. »

La foule s’amasse, ils sont en confiance, ils provoquent, mais ils finissent par partir sous les demandes de la foule qui scande en cœur : « cassez vous ».

La manif part, et tout le parcours se passe bien. La CNT est passée devant Solidaires, c’est un arrangement pour ne pas qu’ils se fassent nasser comme c’est déjà arrivé. On chante, il y a une bonne ambiance mais la tension est très palpable. La BAC colle le cortège. A Gambetta, le cortège sans étiquette commence à couper le parcours pour passer en tête de cortège, voulant se placer devant la CGT qui a déployé depuis quelques manif une zone entourée de corde pour que personne ne se place devant eux… La tension monte un peu, les flic se délectent, les CGTistes se mettent en ligne et s’oppose à ce retournement. Finalement, ça se calme et tout le monde « reprend sa place ».

Une fois qu’on a fait le tour de Gambetta, on se retrouve dans la rue Georges Bonnac. La police interviens pour voler les banderoles des non-encartés. Ils sont violents, ils cartonnent dans le tas et n’attendent que le dérapage. La peinture refait son entrée dans la manif, ça balance des œufs et je me fait moi même repeindre en partie…

Le cortège est arrêté, personne ne comprend vraiment pourquoi ils attaquent et provoquent comme ça. Une seule raison est évidente : ils veulent que ça parte en couille. Un hélicoptère est au dessus de nous… On l’avait vu lors de la dernière manif, il doit être mobilisé pour la lutte anti-terroristes dans le cadre de la compétition de foot, car avant on ne le voyait jamais. Là, il est employé contre la population qui manifeste légalement et pacifiquement. Le message est fort, il nous rappel le poids des évènements sportifs internationaux et de la lutte « contre le terrorisme » dans la mise en place des moyens de répression contre toute forme de contestation.

On poursuit la manif, et on se retrouve devant la préfecture. Entre temps toute les banderoles restantes ont été rangées, de peur de se les faire voler par une police au service du politique. La police filme les manifestants, Go Pro attachées sur le torse. L’hélicoptère tourne au dessus de nous, je rappel qu’à ce moment là, toujours aucune violence n’a eut lieu contre la police ou contre n’importe quelle force du pouvoir, économique ou politique. Aucune vitrine cassée, juste un peu de peinture sur des armures.

A la préfecture, les gendarmes ont déployés une barricade devant la rue. Il y a des camions derrière. On est étonnés, et amusés à la fois. Démonstration pathétique d’intimidation par une sur-abondance de moyens, encore une fois. Il y en a qui jouent à 1,2,3 Soleil depuis la barricade. Finalement, un jeu de déco se met en place, et un nombre important d’autocollants viennent décorer la barrière de métal et de plexiglas qui nous sépare de la préfecture.

C’est très bon enfant. Tout le monde remballe, et on se casse. Mais… Les policiers n’ont pas eu leur compte. Ils vont interpeller deux lycéens qui s’en vont de la manif, ils ont certainement été repérés plus tôt. Un nouveau rassemblement se forme donc devant l’hôtel du cour du maréchal juin. Les flic envoient des coups de matraques, et rapidement ils se forment en ligne… Le dialogue est impossible, ils nous demandent de rentrer chez nous, la manifestation est finit. Manu leur dit de rentrer chez eux, la manifestation est finit. Ils ne veulent pas, on ne veux pas.

Le face à face dure un peu, les policiers sont encore en confiance. On finit par se disperser. Des groupes veulent se rendre au commissariat par petits groupes. On décide pour notre part de rentrer, fatigués par l’attitude des policiers, toujours plus provocatrices.

En fin de compte, cette manif était assez suivie. Plus que ce à quoi je m’attendait. La police a resserrer encore la vis malgré une relative paix lors de la manif du 23 juin. Ils nous contrôles arbitrairement, nous fichent, nous frappent, nous surveillent à chaque pas, à quelques mètres de nous. Ils utilisent des hélicoptères et des barricades mobiles. Ils déploient des dizaines d’Hommes, du matériel de surveillance. Tout ça pour des banderoles et quelques œufs. On sent vraiment le poids politique de leurs interventions : décourager le mouvement et casser la contestation.

La loi va surement passer, mais après on va faire quoi? On se pose la question.

Publicités

A propos caamlg

Blog du caamlg de gironde
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s